L’association Handicap International a annoncé qu’elle allait développer l’impression 3D dans le but de fabriquer des prothèses. L’organisation, principalement active dans le domaine de la prévention, a décidé d’utiliser l’impression 3D pour mettre en oeuvre des prothèses de membres inférieurs (jambes et tibias).

Handicap International a déjà avancé dans son programme puisque des tests concluants ont été réalisés en Syrie, au Togo et à Madagascar. 19 patients en sont déjà équipés et près de 200 devraient l’être en Inde et en Syrie.

Néanmoins, il faudra compter environ 1 200 euros la prothèse. L’ONG compte sur d’autres procédés plus classiques comme la CAO (conception assistée par ordinateur) ou le scanner pour réduire les coûts. Ces techniques plus traditionnelles permettraient de prendre les mesures du moignon et de les envoyer à un logiciel de modélisation puis à l’imprimante 3D.

Un concept innovant, à l’image des prothèses bioniques récemment évoquées en Grande-Bretagne.